terminus

Michael Anastassiades

*1967

Un concepteur pour Flos aux talents d’artiste

Le designer chypriote Michael Anastassiades fait partie des dernières jeunes recrues de l’ensemble des concepteurs de Flos. Il sortit en 2014, avec la Flos String Light, un système d’éclairage astucieux, composé d’un design conceptuel innovant. Alors qu’il est courant pour une lampe d’essayer au mieux de cacher les câbles de monture, la String Light fait de son câble d’alimentation un élément central de sa conceptualisation. Pour en savoir plus sur le créateur du luminaire IC Lights, lisez interview que light11 lui a consacrée.

La collection de lampes IC Lights provient également de la table à dessin de Michael Anastassiades. Celle-ci fascine par son jeu empli d’effet dû à sa structure à surface métallique de qualité et son cache-ampoule noble qui assure une diffusion restreinte de la lumière.

lire plus...
Votre sélection:   
18 résultat(s)
Michael Anastassiades
18 résultat(s)
Trier par :
72 h
PVC*€ 390,-15 %
€ 331,-
3 s
PVC*€ 1.428,-10 %
€ 1.285,-
3 s
PVC*€ 1.134,-10 %
€ 1.020,-
72 h
PVC*€ 630,-15 %
€ 535,-
10 j
PVC*€ 950,-15 %
€ 807,-
72 h
PVC*€ 850,-10 %
dès€ 764,-
72 h
PVC*€ 390,-10 %
€ 351,-
10 j
PVC*€ 430,-10 %
€ 386,-
72 h
PVC*€ 520,-15 %
€ 442,-
72 h
PVC*€ 530,-10 %
€ 477,-
72 h
PVC*€ 430,-10 %
€ 386,-
3 s
PVC*€ 1.870,-10 %
€ 1.682,-
3 s
PVC*€ 2.480,-10 %
€ 2.232,-
72 h
PVC*€ 520,-10 %
€ 467,-
3 s
PVC*€ 1.690,-10 %
€ 1.520,-
72 h
PVC*€ 1.560,-10 %
€ 1.403,-
3 s
PVC*€ 595,-10 %
€ 535,-
72 h
PVC*€ 1.290,-10 %
€ 1.161,-
Votre sélection:   
18 résultat(s)
Michael Anastassiades
18 résultat(s)
Trier par :
Michael Anastassiades entretient un style très personnel qui ne se laisse que difficilement réduire à quelques formules convenues. Ses créations se classent quelque part entre les œuvres de design industriel modernes et d’art plastiques.
 

Michael Anastassiades – Son histoire

Michael Anastassiades naît en 1967 à Chypre. Il fait précéder son activité professionnelle par des études de génie civil et de design industriel au Royal College of Art de Londres. En 1994, alors tout juste âgé de 27 ans, il fonde un atelier à son propre nom. S’ensuivent principalement des petites séries en édition limitée qui atteignent aujourd’hui, dans les salles de ventes aux enchères, des prix exceptionnels. À partir de 2007, Anastassiades oriente sa carrière vers de nouveaux horizons et voyage de par le monde, ceci afin de visiter des petites entreprises familiales qui lui semblent être en mesure de pouvoir fabriquer en série ses créations extraordinaires. Depuis 2014, il travaille comme designer pour la marque de tradition italienne Flos.

Le style de Michael Anastassiades est difficile à réduire en quelques phrases. Ses créations se classent quelque part entre le design industriel et l’art plastique. Son travail comporte concomitamment une fausse retenue et une méticulosité toute minutieuse. La majeure partie des objets développés par Anastassiades concerne le secteur de l’éclairage. Dans ce domaine, il travaille volontiers avec des formes et des structures claires, qui sont en même temps aptes à harmoniser visuellement entre eux les aspects architectoniques de la pièce. Comme matériaux, Anastassiades aime à utiliser des surfaces réfléchissantes, comme le verre à effet miroir ou les métaux polis. Grâce aux réflexions des surfaces, ces objets se « conjuguent » avec la pièce, et contribuent ainsi à la structurer.


Michael Anastassiades – Flos au summum du design

Pour Flos, Michael Anastassiades conçut presque simultanément, durant l’année 2014, deux nouveautés étonnantes. Évoquons d’abord la Flos String Light, qui se montre comme un concept design et lumineux absolument nouveau. Son élément central de composition tient à cet ensemble de câbles, les « Strings ». Ceux-ci se laissent ordonner dans la pièce de façon infiniment variée. Motif géométrique, structures entrelacées complexes ou par treillage – de quoi laisser libre cours à sa créativité pour l’arrangement de la String Light dans la pièce. Par ailleurs, il est possible de délimiter clairement, par les câbles reliés, l’intérieur d’une pièce afin de préciser sa fonction. Cela est en fait un élément caractéristique des objets à but d’éclairage de Michael Anastassiades. Particulièrement dans les pièces à grand volume, la Flos String Light fera office non seulement de source de lumière, mais elle fera partie également structurellement de l’architecture intérieure du lieu.

Concernant son cache-ampoule, String Light est vendu en deux variantes, chacun équipé d’un diffuseur particulier, au choix sphérique (au nom de Sfera) ou conique (au nom de Cono). Le montage s’effectue soit par un cache-piton, quand une sortie électrique est possible à l’endroit prévu au plafond, soit par un boîtier pratique, qui se branche facilement par sa fiche électrique à n’importe quelle prise. La String Light fonctionne aux LED de toute dernière génération. Avec une consommation d’énergie d’à peine 26 watts par lampe, une quantité de lumière de plus de 1 900 lumens sera fournie, ce qui équivaut à ce qu’une ampoule de plus de 100 watts peut émettre. De plus les modules LED utilisés donnent une température de couleur de lumière blanc-chaud et un rendu de couleur d’un Ra=90.

Les IC Lights, aussi une nouveauté Flos de l’année 2014, vont également au crédit du designer Anastassiades. Avec des surfaces nobles en laiton ou chromées et une sphère de verre satiné, cette famille de luminaires éveille le meilleur des objets lumineux Bauhaus et Art Déco. La sphère est reliée au pied par le point de contact le plus petit qui soit, laissant penser qu’elle vole sur son cadre presque comme par magie. De par sa composition minimaliste et les matériaux nobles utilisés, les IC Lights jette un pont improbable entre appareil d’éclairage magnifique et objet d’art stylé, à effet garanti. Michael Anastassiades prit son inspiration, pour les IC Lights, sur un jongleur faisant danser un ballon sur ses membres et le bout de ses doigts. C’est la dynamique de ce mouvement léger qu’Anastassiades voulut reproduire avec les IC Lights.

Les IC Lights se déclinent en différents luminaires : suspensions, lampes de table, appliques ou lampes de sol. L’élément commun à toutes les IC Lights est une sphère composée d’un verre soufflé à la bouche et confectionné selon un savoir traditionnel. La lumière des IC Lights traverse cette sphère en fournissant une diffusion de propagation large, de manière à éclairer toute la pièce de façon douce et équilibrée. Les lampes à poser de la famille des IC Lights incluent un gradateur intégré, permettant d’adapter agréablement la luminosité selon ses besoins personnels. Les suspensions quant à elles peuvent être tamisées par un variateur externe.

Michael Anastassiades – le designer de Flos en interview exclusive

Le nom de Flos est étroitement associé à d’autres grands noms de la scène du design. Des icônes tels qu’Achille Castiglioni et Tobia Scarpa accompagnent cette marque de prestige italienne depuis ses premiers jours. Au fil du temps, des créations de célèbres designers comme Philippe Starck, Marcel Wanders ou Patricia Urquiola gonflent l’assortiment impressionnant de Flos. Le jeune designer chypriote Michael Anastassiades fait partie des toutes dernières recrues au sein de l’équipe Flos. Lors de notre interview avec lui, Anastassiades répond à nos questions abordant la lumière et le design.

Organisé par l’entreprise Flos, qui nous a déjà gentiment prêté de son temps lors de notre interview avec Marcel Wanders, cette fois l’entreprise nous permet de nous entretenir avec Anastassiades au sujet de son inspiration, l’apport de la lumière à l’aménagement intérieur et ce que signifie pour un designer le travail avec les LED plutôt qu’avec les ampoules classiques. Pour finir, nous explorerons encore la personnalité de Michael Anastassiades et présenterons en détail son travail pour Flos.
 

light11 : Monsieur Anastassiades, la plupart de votre travail montre un caractère d’allure assez élaboré et artistique. Quelle importance a l’art dans un processus de création d’un objet à la griffe Anastassiades ? À quel point l’art influence votre travail ?

Michael Anastassiades : L’art forme une grande part de mon inspiration. Dans le travail de n’importe quel artiste se cachent une liberté et une fraîcheur artistiques – d’autant que ces éléments sont rares, voire inexistants, dans un travail pragmatique.

light11 : La famille des IC Lights évoque l’époque du Bauhaus. Est-ce que ce courant est une inspiration pour vous ? Y a-t-il d’autres époques ou courants d’art qui imprègnent votre travail ?

Michael Anastassiades : Je perçois mon travail comme dépourvu d’une influence particulière à une époque. Mais il est clair que le Bauhaus connaît à plus d’un titre un regain d’utilisation moderne.

light11 : Avec la Flos String Light, vous avez créé un luminaire qui utilise les LED. Comment voyez-vous le futur de l’éclairage en rapport avec cette nouvelle source de lumière ? Est-ce que cela sera la LED, la OLED ou une tout autre source de lumière ?

Michael Anastassiades : La LED appartient à coup sûr au futur. Les dernières années ont montrées encore des avancées étonnantes. Cependant je pense qu’il y a encore des progrès à faire pour rattraper les caractéristiques des ampoules dépassées.

light11 : Dans quel sens voyez-vous les plus grands challenges des ampoules LED ? Considérez-vous – en tant que designer – les LED comme un handicap ou comme un plus ?

Michael Anastassiades : Les LED devraient être vues comme un challenge plutôt que comme un handicap. Il aurait même été souhaitable d’avoir exercé une pression plus tôt sur les fabricants d’ampoules.
 


 


light11 : Que pensez-vous de l’interdiction de l’ampoule à incandescence traditionnelle par l’UE ? Est-ce un bon moyen de diminuer la consommation d’énergie ? Est-ce que l’interdiction de l’ampoule à incandescence est une perte pour le designer ?

Michael Anastassiades : Chaque interdiction s’accompagne d’une perte en quelque sorte. D’autant plus qu’aucune technologie nouvelle peut remplacer l’ancienne à 1 pour 1. Mais cela ne doit en rien être considéré comme négatif. Cependant, l’interdiction anticipée des ampoules a pesé lourdement et subitement sur beaucoup de fabricant afin de développer rapidement de nouvelles alternatives. Le défi n’est pas en premier lieu le remplacement des ampoules dépassées, mais bien plus la conception de nouvelles méthodes de développement de source de lumière. Je veux bien croire que l’éclairage LED réduira la consommation d’énergie, mais je suis également convaincu que ce développement comportera également quelques inconvénients.

light11 : Flos est connu pour travailler avec des designers très célèbres. Citons par exemple Achille Castiglioni, Philippe Starck ou Marcel Wanders. Lequel de ces designers ou artistes influence votre travail ? Avez-vous un mentor ?

Michael Anastassiades : Bien que je me tienne au courant des travaux de nombreux designers et artistes, je n’ai pas de mentor particulier. Je soutiens l’idée que le design doit rester quelque chose d’individuel.

light11 : Quelle est la différence entre le processus de création d’un meuble et celui d’un luminaire ?

Michael Anastassiades : Créer un luminaire est un processus complétement différent car on doit se représenter pour l’objet deux scénarios différents : en état de marche et en état éteint. Le premier scénario a une tout autre action sur l’espace qui abrite le luminaire. Il en va de prendre en considération l’effet de la source lumineuse et de ses ombres sur l’intérieur existant.

light11 : Quelle importance a un bon éclairage dans l’aménagement intérieur d’une pièce ?

Michael Anastassiades : Il est fondamental. Une décoration intérieure qui ignore la lumière – autant naturelle qu’artificielle – n’a aucune valeur. Un bon éclairage embellit une pièce, un mauvais peut la miner.

light11 : Y a-t-il une entreprise ou une marque particulière du monde du luminaire avec laquelle vous aimeriez travailler ?

Michael Anastassiades : À ce sujet, mon travail avec Flos me comble en tout point.

light11 : Nous sommes fascinés par les Social and Anti-Social Light. Quelle est l’idée qui se cache derrière ces objets hors du commun ?

Michael Anastassiades : Je suis intéressé par le plan psychologique entre l’objet et l’utilisateur. La Social and Anti-Social Light interprète une sorte de dépendance. La dernière s’allume lorsque le plus grand silence règne, la Social Light a besoin au contraire de communication pour s’illuminer. On doit donc respecte la caractéristique propre de l’objet pour l’amener à s’allumer. De ce fait, le luminaire devient presque un partenaire à qui on peut « s’adresser ».

light11 : Monsieur Anastassiades, un grand merci à vous d’avoir répondu à nos questions.

retour vers le haut de la page
 
haut de page