Michele De Lucchi

*1951

Un design innovant & esthétique

Le designer et architecte italien Michele De Lucchi a durablement influencé le monde du design, particulièrement par ses créations de lampes inoubliables. À son palmarès, on peut citer la Tolomeo de Artemide, devenu entretemps un incontournable classique en matière de lampe. La Tolomeo est disponible en différentes versions, de la lampe sur pied Tolomeo Terra à la lampe de lecture Tolomeo Lettura. En plus de la Tolomeo, de Lucchi se distingue par une liste spectaculaire de créations de lampe pour Artemide, dont la gamme de lampes Dioscuri en forme de boule reconnaissable, ou la gamme Logico peu ordinaire. Les travaux de de Lucchi ont été récompensés par de nombreux prix, notamment le très convoité Compasso d’Oro. Les pièces de de Lucchi ont fait l’objet de nombreuses expositions, à la Triennale di Milano ou aux Neuen Museum de Berlin. Ses travaux font partie en outre de la collection permanente du Centre Georges Pompidou à Paris.

Après avoir exploré plus avant quelques-unes de ses œuvres maîtresses, lisez en exclusivité une interview de Michele De Lucchi menée par light11 à l’occasion des 30 ans de la Tolomeo.

lire plus...
Votre sélection:   
149 résultats
Michele De Lucchi
149 résultats
Trier par :
 sur 2
72 h
PVC*€ 215,-30 %
€ 150,-
72 h
PVC*€ 283,-20 %
€ 226,-
72 h
PVC*€ 358,-16 %
€ 300,-
72 h
PVC*€ 791,-16 %
€ 664,-
72 h
PVC*€ 270,-15 %
€ 229,-
72 h
PVC*€ 520,-16 %
€ 436,-
72 h
PVC*€ 191,-16 %
€ 160,-
72 h
PVC*€ 520,-16 %
€ 436,-
72 h
PVC*€ 279,-16 %
€ 234,-
72 h
PVC*€ 415,-16 %
€ 348,-
72 h
PVC*€ 219,-16 %
€ 183,-
72 h
PVC*€ 132,-17 %
€ 110,-
72 h
PVC*€ 1.480,-16 %
€ 1.243,-
72 h
PVC*€ 145,-17 %
€ 121,-
72 h
PVC*€ 155,-16 %
€ 130,-
72 h
PVC*€ 130,-16 %
€ 109,-
72 h
PVC*€ 472,-16 %
€ 396,-
72 h
PVC*€ 223,-16 %
€ 187,-
3 s
PVC*€ 221,-16 %
€ 185,-
72 h
PVC*€ 145,-17 %
€ 121,-
72 h
PVC*€ 218,-11 %
€ 194,-
72 h
PVC*€ 276,-16 %
€ 231,-
72 h
PVC*€ 338,-16 %
€ 283,-
72 h
PVC*€ 756,-15 %
€ 642,-
72 h
PVC*€ 425,-16 %
€ 357,-
72 h
PVC*€ 530,-16 %
€ 445,-
72 h
PVC*€ 730,-16 %
€ 613,-
72 h
PVC*€ 261,-16 %
€ 219,-
72 h
PVC*€ 187,-16 %
€ 157,-
72 h
PVC*€ 215,-16 %
€ 180,-
72 h
PVC*€ 363,-16 %
€ 304,-
72 h
PVC*€ 189,-16 %
€ 158,-
72 h
PVC*€ 342,-16 %
€ 286,-
72 h
PVC*€ 390,-16 %
€ 327,-
72 h
PVC*€ 470,-16 %
€ 394,-
5 s
PVC*€ 1.799,-10 %
€ 1.618,-
72 h
PVC*€ 320,-16 %
€ 268,-
72 h
PVC*€ 285,-16 %
€ 239,-
3 s
PVC*€ 290,-16 %
€ 243,-
72 h
PVC*€ 260,-16 %
€ 218,-
72 h
PVC*€ 1.420,-16 %
€ 1.192,-
72 h
PVC*€ 473,-16 %
€ 397,-
72 h
PVC*€ 184,-16 %
€ 154,-
72 h
PVC*€ 187,-17 %
€ 156,-
3 s
PVC*€ 400,-16 %
€ 335,-
3 s
PVC*€ 210,-16 %
€ 176,-
72 h
PVC*€ 676,-16 %
€ 567,-
5 s
PVC*€ 1.680,-16 %
€ 1.411,-
72 h
PVC*€ 260,-16 %
€ 218,-
72 h
PVC*€ 548,-16 %
€ 460,-
72 h
PVC*€ 296,-16 %
€ 248,-
72 h
PVC*€ 214,-16 %
€ 179,-
72 h
PVC*€ 355,-16 %
€ 298,-
5 s
PVC*€ 190,-16 %
€ 159,-
72 h
PVC*€ 290,-16 %
€ 243,-
3 s
PVC*€ 1.053,-16 %
€ 884,-
3 s
PVC*€ 257,-16 %
€ 215,-
72 h
PVC*€ 465,-16 %
€ 390,-
72 h
PVC*€ 300,-16 %
€ 252,-
72 h
PVC*€ 850,-16 %
€ 714,-
5 s
PVC*€ 810,-16 %
€ 680,-
5 s
PVC*€ 775,-16 %
€ 650,-
7 s
PVC*€ 340,-16 %
€ 285,-
3 s
PVC*€ 220,-16 %
€ 184,-
3 s
PVC*€ 261,-16 %
€ 219,-
5 s
PVC*€ 500,-16 %
€ 420,-
3 s
PVC*€ 525,-16 %
€ 441,-
72 h
PVC*€ 255,-16 %
€ 214,-
72 h
PVC*€ 412,-16 %
€ 345,-
Votre sélection:   
149 résultats
Michele De Lucchi
149 résultats
Trier par :
 sur 2

Les créations innovantes sont caractéristiques du succès de de Lucchi, celles-ci sont constamment redevables du design industrielle en ce qui est de l’aspect artistique. Il fait souvent fi des conventions établies pour lancer ses idées personnelles et imaginatives. Étudiant en 1973, il protesta déguisé en général napoléonien devant la Triennale de Milan contre la surabondance des produits. De Lucchi compte parmi les membres fondateurs du très influent Groupe de Memphis du designer italiano-autrichien Ettore Sottsass. Créé en 1980, le Groupe de Memphis s’est donné pour mission de briser les règles dominantes du fonctionnalisme, et d’assurer la relève par des créations imaginatives et fantaisistes. La prétention aux droits d’auteur, pour ce qui est que de la conception de produits, est ce qui met en colère de Lucchi. Voici sa pensée : le design industriel classique, qui s’oriente essentiellement sur la fonctionnalité d’un produit, devrait être augmenté d’une pulsion artistique personnelle. Cela a donné naissance aux projets reconnaissables entre tous du Groupe de Memphis, ceux-ci connaissant une renommée mondiale et ayant été présentés dans nombre de magazines et musées.

Artemide Tolomeo – un classique moderne

Parmi les créations les plus connues de Michele De Lucchi, on peut citer la lampe Tolomeo, dessinée en collaboration avec Giancarlo Fassina en 1987, pour le compte du producteur italien de prestige Artemide. Avec la Tolomeo Tavolo, de Lucchi développa une solution optimale d’éclairage non éblouissant pour le poste de travail ou le bureau. Grâce à un système de rails sophistiqué, les bras de la Tolomeo s’adaptent complètement à leur besoin. Dès son apparition, le design réservé de la Tolomeo a été couronné par des récompenses. Avec raison, cette lampe de table élégante s’est assurée la place méritée de classique du design. La Tolomeo remplit depuis 1987 les exigences particulières du design écologique. Ainsi la Tolomeo est conçue avec une utilisation minime de matériaux, réduit à leur besoin, alors même que la lampe dégage une sensation de solidité et de durabilité. Sa décomposition facile en éléments uniques et la possibilité de recyclage parfont les caractéristiques environnementales positives de ce classique du luminaire. En plus de la Tolomeo Tavolo, la gamme des Tavolo s’est dégradée en de nombreuses autres lampes mises à la disposition du client. La Tolomeo Parete se présente comme une belle lampe murale, la Tolomeo Sospensione élargit la série Tolomeo par une suspension esthétique. La Tolomeo Terra enrichit l’intérieur par sa présence stylée en tant que lampe sur pied. La Tolomeo Tavolo traditionnelle est disponible également en différentes variantes : plusieurs tailles, mais aussi plusieurs modèles, ou encore équipée d’un éclairage écoénergétique avec entre autres la Tolomeo Tavolo LED.

Une imagination spectaculaire

À côté de la série des  Tolomeo, de Lucchi créa également une illustre et longue série de lampes pour Artemide. La série originale des Dioscuri développe des formes à l’expression arrondie. En tant que lampe de table, murale ou de plafond, elle diffuse sa lumière de façon particulièrement homogène. Son corps en verre soufflé à la bouche donne un cachet singulier à cette lampe en forme de boule. La série Castore séduit par sa forme de poire. Le verre soufflé à la bouche est ici accroché à une tige laissant passer la lumière, et éclairant ainsi sa base. La gamme Logico d’Artemide montre également toute l’innovation personnelle de de Lucchi : c’est ici l’abat-jour de la lampe en verre soufflé à la bouche de forme originale qui donne à cette lampe unique un look incomparable.


Michele De Lucchi — Le designer en interview

30 ans de la Tolomeo – une bonne raison de le fêter ! Cela fournit l’occasion d’un évènement ayant eu lieu dans le cadre du salon de l’architecture Gerkan, sur les rives de l’Elbe, à Hambourg précisément. Sur place, nous avons eu l’opportunité de rencontrer le créateur de la Tolomeo, le designer iconique Michele De Lucchi, qui nous fit la joie de prendre le temps de répondre à nos questions. Nous avons évoqué avec cette légende vivante le succès de la Tolomeo, l’avenir de la technique d’éclairage, et ce qui le fascine dans la Tizio de Richard Sapper.

Avant de lire l’interview, nous voudrions vous décrire nos impressions personnelles concernant cette prise de contact avec Michele De Lucchi. Avant la rencontre, nous étions au sommet de l’anxiété et de l’adoration – ce n’est pas tous les jours que l’on côtoie une telle figure du design. C’est avec autant de surprise que nous avons observé, durant l’entretien, la modestie et la gentillesse de Michele De Lucchi.

Après avoir été présenté à Michele De Lucchi par Carlotta de Bevilacqua, la vice-présidente d’Artemide, notre délégation commença, de suite et sans ambages, la discussion. C’est avec beaucoup d’humour que la star des designers nous expliqua que son nom était si souvent mal prononcé, ce qui ne manque jamais de dissiper la bonne humeur parmi l’assemblée.


light11 : Signore De Lucchi, nous sommes très heureux du temps que vous nous consacrez pour cette interview. Nous sommes réunis ici en l’honneur de la Tolomeo, qui est certainement la lampe la plus célèbre au monde. Lorsque, il y a 30 ans de cela, vous avez esquissé les premiers traits sur le papier, aviez-vous alors le sentiment de réussir une œuvre de la sorte ?

Michele De Lucchi : Pour être tout à fait honnête : non ! Mes élèves même me demandent toujours la « recette » parfaite pour réaliser une chose comme la Tolomeo. Je dois alors, malheureusement, répondre aux étudiants que je ne possède pas la recette du succès – pour la simple et bonne raison qu’elle n’existe pas. Il s’agit plutôt d’une combinaison, d’un mélange de différentes possibilités et d’occasions, et aussi d’une interaction de différentes personnes aux capacités variées, qui participent au succès d’un tel projet. L’énorme succès de la Tolomeo ne me revient pas seul. Sans Ernesto Gismondi, qui contribua par de nombreuses idées et qui investit une quantité de ressources dans le projet, la Tolomeo n’aurait très certainement jamais pu être réalisée.

light11 : Vous avez nommé, comme raison du succès de la Tolomeo, une « interaction d’Hommes ». Comment doit-on le comprendre ?

Michele De Lucchi : Vous savez, ici, chez Artemide, nous assurons tous, durant la création d’un luminaire, des rôles divers. Carlotta (de Bevilacqua, vice-présidente d’Artemide, NDLR) par exemple, s’occupe de l’aspect technologique, de la technique lumineuse, de la photonique, de l’aspect physique et de l’influence de la lumière sur les Hommes.

Ernesto (Gismondi, fondateur et président d’Artemide, NDLR) est l’« homme de la production ». Quand il observe un objet, il pense déjà à comment le produire de façon optimale. Cela va de l’organisation des machines et des ressources humaines, mais aussi de la question de comment augmenter la vitesse de production ou de rendre plus confortable, pour le travailleur, chaque étape de travail.

De mon côté, je m’attelle principalement à la forme, au luminaire en tant qu’objet. Je me vois plutôt comme « concepteur d’objet ». Ma mission est de rendre palpables des concepts qui, au départ, semblent abstraits, et de les transposer sous forme d’objet.

Nous avons donc, ici, chez Artemide, des rôles et des missions variés au plus haut point dans la conception de nouveaux luminaires. Quand, au final, tout est bien coordonné, que le design, la lumino-technique et la production sont en harmonie, je suis heureux (il sourit).


Nous interrompons notre conversation pour un moment pour nous rendre sur la terrasse du spectaculaire pavillon architecture. Devant des coulisses impressionnantes, avec vue directe sur l’Elbe, nous prenons quelques photos avec Michele De Lucchi. Les prises de vues faites, De Lucchi se tourne en direction des grues qui parsèment la partie portuaire de l’autre côté de l’Elbe.
 

Michele De Lucchi : La vue de ces grues, posées là, me fait penser immédiatement à un des concepts essentiels de la Tolomeo. Dans son principe, le mouvement mécanique de la Tolomeo s’inspire fortement de l’apparence d’une grue qui a la possibilité de faire bouger son bras dans toutes les directions – tout comme le bras de la Tolomeo qui peut amener la lumière dans toutes les directions imaginables. Je me dis que le paysage ici est presque parfait pour illustrer cette propriété (il rit).

light11 : Quel est le rôle que joue l’époque qui a vu le succès de la Tolomeo ? Aurait-elle eu un aussi grand succès si elle avait vu le jour 10 plus tôt ou plus tard ?

Michele De Lucchi : (réfléchit un moment et sourit) Hmm, en voilà une bonne question. Je dois y réfléchir un moment.

Oui, la Tolomeo est sans aucun doute à considérer dans le contexte de l’époque. Elle vit le jour dans la lignée de la Tizio de Richard Sapper. Tizio est une lampe magnifique, un vrai bout d’histoire du design et presque parfaite de fonction et d’esthétique. Tizio mise pourtant totalement sur les ampoules halogènes à basse tension. Ernesto Gismondi désirait au contraire une lampe qui puisse être équipée d’ampoules tout ce qu’il y a de plus normales, pour faciliter son emploi et sa manipulation.

Un défi particulier dans notre cas a été d’intégrer le câble de manière sûre et discrète dans le bras de la Tolomeo. Quand vous pensez à la Tizio, vous n’y trouverez pas le moindre câble. Le mécanisme de la lampe est basé sur celui de l’équilibre – l’association d’un câble aurait gêné cet équilibre.

L’unique lampe qui, à ce jour, fonctionnait selon ce principe et intégrait un câble dans ses bras, était la Naska Loris (œuvre du designer danois Arne Jacobsen des années 1950, NDLR). Ernesto Gismondi m’invita alors à concevoir une lampe qui suive et améliore les principes de base de la Naska Loris. Le mécanisme de suspension à ressort fonctionne au mieux, j’ai donc développé une construction similaire qui, au contraire de la Naska Loris, ne laisse pas à vue les ressorts, mais les cache dans les bras.

light11 : Comment a pris forme le développement de la Tolomeo des débuts ? Y a-t-il eu des problèmes à ce sujet ?

Michele De Lucchi : Pour être honnête, nous avons eu quelques difficultés avec les premiers prototypes. J’aurai bien voulu réaliser la Tolomeo totalement en aluminium. Dans l’articulation se trouve une petite roue que nous avions fabriquée, au départ, également en aluminium. Mais je n’étais pas satisfait du résultat : il s’avéra que cette solution produisait un glissement, l’articulation ne fonctionnait pas comme nous le voulions. C’est alors que Giancarlo Fassina vint à moi avec l’idée d’utiliser une roue en plastique. Nous avons essayé et cela fonctionnait parfaitement. J’étais plus qu’heureux qu’on ait pu résoudre ce problème. C’est pourquoi le nom de Giancarlo Fassina apparaît aussi comme un des designers de la Tolomeo.

light11 : Aujourd’hui, il existe un grand nombre de modèles de Tolomeo. Cette variété joue-t-elle également en faveur de son succès ?

Michele De Lucchi : Oui, je pense que cette polyvalence participe également au succès. Chaque élément qui compose la Tolomeo peut être, à l’unité, perfectionné et servir de principe de base à une nouvelle famille de luminaires. C’est justement cette polyvalence qui est certainement une des raisons pour le long succès conservé par la Tolomeo. Tout a commencé avec une lampe de bureau. Au fil des ans, s’y ajoutèrent des lampadaires, des liseuses, des suspensions et bien d’autres choses.


Michele De Lucchi se tourne vers une Tolomeo Lampione Outdoor qui est accrochée à l’extérieur.


Michele De Lucchi : Vous voyez, ce design aussi fait partie de la famille des Tolomeo, même si, au premier coup d’œil, elle ne semble pas avoir tant que ça en commun avec la Tolomeo telle qu’on la connaît. Mais si vous y regardez de plus près, vous reconnaîtrez que les mêmes composants sont également utilisés dans la Tolomeo Paralume Outdoor. (Il indique le lampadaire outdoor se trouvant devant nous.) Les composants pris isolément s’assemblent et se complètent les uns aux autres. Cet élément (Il montre maintenant la suspension Tolomeo Outdoor Lampione) a été utilisé par nous pour créer une atmosphère. Et naturellement, les propriétés typiques à l’outdoor, comme la protection contre l’humidité, jouent, dans ce modèle, un rôle dans son design.

Ces modèles Outdoor sont également un bel exemple du développement de la Tolomeo. Dès que quelque chose a la possibilité de continuer son développement, de tracer des chemins toujours nouveaux, cela devient, un moment donné, dynamique, pour ainsi dire vivant. La Tolomeo est un objet d’avenir, elle se trouve être dans un processus continu de perfectionnement. Et nous expérimenterons et modifierons encore sûrement certaines choses, peut-être même dans un avenir très proche (il sourit de façon allusive).

light11 : Vous avez parlé du futur de la Tolomeo. À quoi est-ce que cela ressemble ?

Michele De Lucchi : Eh bien, de nouveaux modèles de la Tolomeo arriveront avec certitude. Mais je ne veux pas en dire trop (il rit). Mais si vous pensez au futur en général, il y a d’autres aspects, comme l’optimisation de la production, par exemple, par une amélioration du domaine du recyclage de la matière et des ressources. La Tolomeo se compose d’aluminium, une matière première qui peut être recyclée facilement.

light11 : Vous nous révélez ce sur quoi vous travaillez en ce moment ?

Michele De Lucchi : Nous travaillons en ce moment à une nouvelle lampe. Celle-ci améliorera encore la mise en lumière du bureau ainsi que des environs. Mais je ne peux pas vous en dire plus, parce que c’est une surprise (il rit) ! Nous travaillons encore pour le moment aux prototypes. Quand tout sera au point, nous pourrions présenter au public la nouvelle lampe, peut-être déjà en avril de l’année prochaine.

light11 : Lors de l’Euroluce de cette année, nous avons pu déjà découvrir votre nouvelle lampe « Ipno ». Dites-nous en plus.


Michele De Lucchi se tourne vers un exemplaire de la suspension Ipno.


Michele De Lucchi : Ipno est une lampe pour laquelle je voulais essayer de nouvelles choses. Elle est, pour ainsi dire, un concept de mise en application de nouvelles idées pour l’émission de la lumière par les LED. De manière générale, la lumière LED est fortement orientée et est transmise dans une direction seulement – elle ne génère pas de luminescence. Je voulais pourtant créer une lampe LED qui soit justement en mesure d’y arriver : émettre une luminescence. Je voulais contrôler la lumière dès qu’elle est sortie de la LED pour diffuser une partie de la lumière également dans le pourtour de la lampe. J’ai donc développé cet abat-jour particulier qui influence la direction de la lumière des LED. C’est presque déjà un travail scientifique, une petite expérimentation, si vous voulez. La lumière n’est pas projetée par les LED sur la « couronne » à l’intérieur de l’abat-jour ainsi que par les groupes optiques spécifiques, directement vers le bas, par exemple vers une table, mais elle est diffusée en douceur dans plusieurs directions.
 

light11 : Lors de l’Euroluce, nous avons découvert encore, au stand Artemide, un prototype de la lampe OLED « Harry H. ». Êtes-vous intéressé par la technologie OLED ? Avez-vous déjà travaillé dessus ?

Michele De Lucchi : Oui, je me suis déjà préoccupé de la technique OLED, mais je n’ai pas vraiment encore travaillé plus que cela avec elle. J’aime beaucoup cette technologie, mais elle est aussi assez particulière et à l’heure actuelle encore très chère. Je n’ai jusqu’à maintenant trouvé aucune raison pour concevoir une lampe en rapport. Mais rien que d’y penser, c’est excitant, utiliser une source lumineuse qui ne prend pas plus de place qu’une feuille de papier.

light11 : Pensez-vous que l’OLED a un avenir dans la technique de l’éclairage ?

Michele De Lucchi : Vous savez, quand on aborde les OLED mais aussi les LED, on doit toujours penser que nous ne pouvons pas encore imaginer quel sera le développement de cette technique et quelles seront, pour ces sources de lumière, les applications les plus adéquates.

light11 : Est-ce qu’il est ici question du prix ? En effet, les produits OLED restent encore très chers.

Michele De Lucchi : Oui, il y a la question du prix, mais aussi une question de distribution. Je peux dès aujourd’hui acheter des ampoules LED que je peux utiliser dans presque tous les luminaires. Elles sont donc aujourd’hui déjà très répandues. Quel sera le développement du domaine OLED, nous le saurons avec le temps.

light11 : Une dernière question : y a-t-il une lampe Artemide qui a particulièrement votre préférence ?

Michele De Lucchi : (sans réfléchir) De façon sûre et certaine la Tizio ! Toutes les réalisations de Richard Sapper sont absolument fantastiques !

light11 : Signore De Lucchi, nous vous remercions de tout cœur pour cette agréable discussion.


Vous trouverez d’autres informations sur la Tolomeo Tavolo sur notre site light11.
haut de page